Leçon 2 – Les différentes castes chez l’abeille

Les abeilles à miel, Apis mellifera, sont des insectes vivants en colonie de plusieurs milliers d’individus qui sont divisés en castes. Nous allons détailler dans cette leçon quelles sont les différentes castes d’abeilles que nous pouvons retrouver dans une ruche.

Les différentes castes chez Apis mellifera

Il existe trois castes chez les abeilles: la caste des ouvrièresla caste des reines et la caste des mâles.

La caste des reines

Les reines sont les seuls individus qui sont capables de se reproduire et donner naissance à des mâles ou femelles. Elles sont reconnaissables grâce à leur abdomen allongé et gonflé, signe du développement de leur appareil reproducteur et du remplissage de leur spermathèque (=organe de stockage des spermatozoïdes)

  • Les reines fécondées:  reine qui a effectuée son vol de fécondation et qui est maintenant capable d’engendrer une descendance. Si l’œuf est fécondé, il donnera une ouvrière ou une reine. Si ce n’est pas le cas, un mâle ou faux-bourdon proviendra de cet œuf.
  • Les reines vierges: reine qui n’a pas encore réalisée son vol de fécondation. Elle n’est donc pas encore capable de pondre et d’engendrer une descendance. Leur appareil reproducteur n’est pas totalement développé et fonctionnel, elles ont donc un abdomen moins développé que les reines fécondées.
  • Les reines bourdonneuses: reine qui pond des œufs qui ne sont pas fécondés, c’est à dire qu’elle donne que des mâles, des faux-bourdons. Ceci peut arriver si la reine a été mal ou pas fécondée ou lorsque sa spermathèque est vide après plusieurs de vie.

La caste des ouvrières

Cette caste regroupe la majorité des individus d’une colonie. Ce sont des individus femelles qui proviennent d’un œuf fécondé. Contrairement aux reines qui effectueront un vol de fécondation, les ouvrières sont stériles car leur appareil reproducteur est atrophié et elles ne pourront donc pas se reproduire.

Au cours de leur vie, leur développement anatomiques et physiologiques vont leurs permettre de réaliser différentes tâches pour la colonie.

  • Nettoyeuses (entre J0 à J3):

 

Après leur naissance, les ouvrières auront comme tache de nettoyer les alvéoles des cadres pour qu’elles puissent accueillir du couvain, du nectar ou du pollen. Leur faible taille leur permet de facilement atteindre le fond des alvéoles.

 

  • Nourrices (entre J3 à J10):

Les nourrices ont la lourde de tache de nourrir les larves. Les glandes glandes hypopharyngiennes et mandibulaires arrivéess à maturité à cet âge vont leur permettre de produire de la gelée nourricière ou de la gelée royale selon les larves à nourrir. Et oui, c’est dernières sont capables selon la quantité de phéromones émises par les larves de déterminer son l’âge et quelle caste elles appartiennent. Ces informations vont lui permettre de doser au mieux la quantité de pollen, de miel et de sécrétions mandubulaires ou hypopharyngiennes pour produire soit de la gelée royale soit de la gelée nourricière.

  • Magasinières (entre J9 à J12):

 

Comme leur nom l’indique, les magasinères vont devoir réceptionner et stocker les différents produits apportés par les butineuses. Le pollen sera stocké en périphérie du couvain et le nectar dans les cadres ou dans la hausse selon la place disponible.

 

  • Maçonnes (entre J11 à J15)

 

Les glandes cirières présentes au niveau de l’abdomen de l’abeille atteignent leur développement optimal entre 12 et 19 jours après la naissance. Après malaxage de ces écailles de cire obtenues au niveau de ces glandes, ces abeilles vont pouvoir batir les cellules qui formeront les rayons de la ruche.

 

 

 

  • Ventileuses (entre J7 à J21)

 

Grâce à leur position si caractéristique (tête dans en direction de l’entrée, abdomen relevé et un battement d’ailes énergiques), les ventileuses vont créer un courant d’air qui permettra de réguler la température et l’humidité de la colonie dans la ruche.

 

 

  • Gardiennes (entre J15 à J26) 

 

Les gardiennes vont surveiller l’entrée de la ruche. A chaque arrivée sur la planche d’envol, l’abeille entrante sera « controlée » pour savoir si elle fait bien partie de la ruche. En cas de danger, ces abeilles vont émettre une phéromone de danger qui entrainera soit un comportement de défense ou/et d’attaque.

 

 

  • Les butineuses (de J20 à la mort)

Après 3 semaines de vie dans la ruche, les abeilles ouvrières vont, dans un premier temps, effectuer plusieurs vols de reconnaissances. Ces vols sont toujours très impressionnants car un nombre important d’abeilles sort au même moment de la ruche: on nomme ce moment un soleil d’artifice. Une fois bien orientée et le gps bien calé , ces abeilles vont commencer à parcourir leur environnement pour récolter du nectar, du pollen, de l’eau, du miellat ou de la propolis.

La caste des mâles

Les mâles ou faux-bourdons sont facilement reconnaissable grâce à leur taille plus importante et à leur  bruit de bourdon lorsqu’il vole.  Leur principale fonction est de féconder les reines au printemps et en été. Une fois cette période passée, ils sont mis à la porte par les ouvrières. Et oui, chez les abeilles on ne nourrit pas les bouches innutiles.

Une autre fonction plus méconnue est de permettre de libérer des butineuses lorsque la température n’est pas très élevée car les mâles vont permettre de maintenir le couvain au chaud. Et oui, ces messieurs ne sortent que lorsque les températures sont assez élevées pour que les vols de fécondation puissent se dérouler dans les meilleurs conditions (ciel clair, peu de vent et température douce)

En fin de saison, ces bouches à nourrir deviennent inutiles et les mâles sont mis à la porte par les ouvrières.

Cette leçon vous a plu, n’hésitez pas à la partager 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.